Background Image
Table of Contents Table of Contents
Previous Page  23 / 108 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 23 / 108 Next Page
Page Background

DANS LA VAGUE

23

N° 2 / 2015

L’histoire commence sur quelques notes de Chopin… La lé-

gende veut qu’Alexandre Scriabine, encore élève au conser-

vatoire de Moscou, dormait sur ses partitions du composi-

teur franco-polonais. Son influence est indéniable dans les

créations de jeunesse de Scriabine, comme dans

L’Étude n°1

opus 2

aux accents romantiques, qui ont plus tard disparu de

ses œuvres. Car le compositeur russe a toujours tenu à res-

ter détaché de toute appartenance à un style musical. C’est

un son nouveau et audacieux qu’il a créé, loin des influences

du folklore russe de ses contemporains.

« Il est peu joué car moins facile d’accès qu’un Tchaïkovski ou un

Rachmaninov. Sa musique est complexe et peut désarçonner »

,

reconnaît le pianiste François Chaplin qui a sorti un album

des Mazurkas de Scriabine (Évidence).

« C’est presque un im-

pressionniste tant sa musique est superbement colorée »

, ajoute-t-

il. Une musique toujours un peu plus détachée de la mélo-

die, tendant vers l’atonalité et pleine de défis techniques.

François Chaplin évoque la spiritualité de l’artiste :

« Il a

toute sa vie cherché un idéal avec une vision très mystique de la

musique. »

Car Scriabine croyait au cosmos, aux forces de

l’univers, et aura longtemps aspiré à une forme de vérité

éternelle. Tentant de l’atteindre par la musique, convaincu

que l’art peut rendre l’humanité meilleure. D’où cette so-

norité singulière, aspirant à la béatitude comme dans son

Poème de l’extase

.

Une piqûre d’insecte l’emporte en 1915, empêchant Scria-

bine de poursuivre sa réinvention de la musique. Il en aura

ouvert les frontières, de ses notes exaltées, annonçant ses

successeurs. On entend déjà chez lui Ravel et Stravinsky.

Incontestablement, sa quête de nirvana artistique fut

un moteur propulsant l’œuvre du musicien russe vers la

modernité.

RdM

Scriabine,

poète de l’extase

2015 marque le centenaire de la

mort d’Alexandre Scriabine. L’œuvre

du pianiste et compositeur russe est

souvent méconnue, alors qu’elle a

bouleversé la tradition musicale au

tournant du XX

e

siècle.

Par Charlotte Latour ¬

TRIFONOV,

Rachmaninov Variations

Le prodige russe du piano, Daniil Trifonov,

24 ans, s’associe au chef québécois Yannick

Nézet-Séguin et au Philadelphia Orchestra pour

jouer les

Variations Paganini, Chopin

et

Corelli

de

Rachmaninov. Également sur l’album, une pièce

pour piano de Trifonov lui-même,

Rachmaniana

.

« Je l’ai écrite pendant ma première année

aux États-Unis quand je me sentais loin de

chez moi et nostalgique. La composition pour

moi est indispensable et complémentaire à

l’interprétation »,

dit le virtuose inspiré qui a déjà

signé d’autres opus prêts à nous être dévoilés.

QUATUORMODIGLIANI,

Dvorak, Bartok, Dohnanyi

Voilà un album aux accents slaves et américains.

Loïc Rio, deuxième violon du quatuor :

« 

Le Quatuor

dit Américain

de Dvorak ouvre l’album. Il est

empreint des sons que le tchèque entend en

s’installant aux États-Unis, c’est une ode à la nature,

pleine d’optimisme. Le

Quatuor n°2

de Bartok

est un adieu au romantisme, avec des notes de

musiques populaires slaves, une pièce pessimiste

très forte. Et le

Quatuor n°3

du hongrois Dohnanyi

est spectaculaire, expressionniste, presque la

musique d’un film en noir et blanc ! Ce sont 3 œuvres

qui marquent le début d’une nouvelle ère musicale.»

NOUVEAUTÉS

CAP À L'EST AVEC RACHMANINOV, DVORAK, BARTOK

ET DOHNANYI

MUSIQUE

© Boris15 / Shutterstock