Background Image
Table of Contents Table of Contents
Previous Page  65 / 108 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 65 / 108 Next Page
Page Background

ESCALES

65

N° 2 / 2015

Nous sommes sur le marché Jean Talon situé au nord de Montréal au cœur de la Petite

Italie. C’est le plus grand marché public découvert de la ville, et même d’Amérique du

Nord, selon les Marchés publics de la ville. Il est aussi l’un des plus anciens puisque son

ouverture officielle date de 1933 et l’un de plus fréquentés.

« Ce sont les meilleures de tout

le Québec,

explique Charlotte.

On vient s’approvisionner ici toutes

les semaines. Elles ont un goût

incroyable ! »

Catherine, sa voisine de

banc et amie, nous tend

généreusement une fraise

pour que je la goûte. Le fruit

est charnu, la chaire juteuse

et subtilement parfumée. Ces

fraises québécoises n’ont rien

à envier à notre gariguette

nationale…

Au début des années 1930, la clientèle est principalement constituée par les habitants

des paroisses avoisinantes, dont beaucoup de Canadiens d’origine italienne. Ils viennent

retrouver ici l’ambiance des marchés en plein air du sud de l’Europe. Quelques décennies

plus tard, le tout-Montréal se bouscule et la réputation du marché s’étend hors des

frontières de la ville. En 1983, des cloisons amovibles sont installées afin de procurer aux

marchands et aux clients un marché chauffé et à l’abri des intempéries de l’hiver.

Nous achevons notre visite sur

un air de jazz manouche joué

à la guitare et par un détour à

la librairie, histoire de glaner

quelques recettes bien du cru.

Les palais les plus audacieux se laisseront agréablement

surprendre par le cidre de glace, une production typique

du terroir de la Belle Province, ou, plus étonnant,

par le cola bio québécois.