Background Image
Table of Contents Table of Contents
Previous Page  67 / 108 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 67 / 108 Next Page
Page Background

ESCALES

67

N° 2 / 2015

BULGARIE

e bâtiment, alors grande mosquée,

a été construit sous la domination

ottomane de Mahmoud Pacha

entre 1454 et 1494. Il reste l’un des

rares édifices de Sofia sinon le seul à avoir

traversé tant de siècles, malgré les destruc-

tions survenues lors des bombardements

de la seconde guerre mondiale. D’impor-

tantes restaurations, et notamment celle

de 2005 financée par l’Italie, ont permis à

ce qui est devenu aujourd’hui un musée

archéologique de retrouver tout son faste.

Quatre salles d’exposition abritent diffé-

rents départements. La collection préhis-

torique s’enorgueillit d’être la plus riche

des Balkans. Elle comprend en particulier

deux pièces de grande valeur : un dessin

sur pierre datant de plus de 50000 ans, le

plus vieux d’Europe jamais recensé, et une

gravure sur os de 1,1 million d’années, la

plus ancienne au monde connue à ce jour.

La salle des trésors, au premier étage, met

en valeur des trésors thraces uniques au

monde retrouvés sur le territoire bulgare.

Un harnais d’argent, des bijoux en or et

de nombreux objets en argent récemment

découverts entourent un sublime masque

mortuaire en or provenant du tumulus de

Golyama Kosmatka.

Dans la salle centrale, trône au milieu de

l’escaliermonumental une copie du cavalier

de Madara (voir ci-dessous), fierté nationale

bulgare qui accueille chaque visiteur.

RdM

Bas-relief sculpté à 23 m

au-dessus du sol sur une

falaise du plateau de

Madara, dans le nord-est

de la Bulgarie, le

Cavalier

de Madara

représente un

guerrier à cheval terrassant

de sa lance un lion. Il aurait

été gravé en 710 par les

premiers Bulgares installés

dans la région. C'est

aujourd’hui un symbole

national par excellence,

que l'on retrouve sur les

pièces de monnaie du

pays et qui est même inscrit

au patrimoine mondial de

l'UNESCO. C'était aussi

le nom d'une décoration

nationale décernée par les

rois depuis l’indépendance

bulgare. Siméon II, dernier

roi de Bulgarie et Premier

ministre de la République

populaire en 2001, aura été

été le dernier à décerner ce

symbole honorifique.

Par S. R.

RdM

a petite ville d’Arbanassi,

en Bulgarie, recèle un tré-

sor méconnu et préservé :

l’église de la Nativité du

Christ et ses sublimes fresques. Sans

clocher, basse, de taille modeste –

28 m de long pour 10 de large –, la

discrétion de cet édifice imposé par la

domination ottomane lui a permis de

conserver un joyau exceptionnel.

Ses murs intérieurs, intégralement

peints entre 1597 et 1681, dévoilent

plus de deux mille scènes et environ

3500 personnages. Sur les murs de la

galerie, on retrouve des épisodes de

l’Ancien et du Nouveau Testament.

Dans la chapelle, est représentée la

roue de la vie, sous les psaumes de

David, eux-mêmes surmontés par

une ronde bulgare. L’arbre généalo-

gique du Christ occupe une position

centrale. Plus étonnant, les fres-

quistes ont peint douze philosophes

grecs dont Platon, Pythagore, Socrate,

Aristote…

Dans le narthex, réservé aux femmes,

on retrouve

Le Jugement dernier

,

La Nativité

et des représentations

de saintes. Un Christ Pantocrator

entouré d’anges et des quatre

évangélistes occupe la voûte. Ces

salles composent un ensemble

iconographique d’une richesse unique

en Bulgarie.

Par S. R.

RdM

Le musée archéologique de Sofia occupe une ancienne

mosquée du XV

e

siècle, le plus vieil édifice de la ville.

Il abrite des trésors thraces et bulgares uniques en Europe.

Par Sébastien Righi ¬

L’art

de la fresque

L

Le Cavalier de Madara

L

Sur les traces

des Thraces

© DR

© DR

© DR