RDM03 - virtuel - page 37

37
mars–mai 2016 / N°3 /
RDM Magazine
DeVlora jusqu’au golfe de Préveza, s’étend l’une des plus belles côtes
de laMéditerranée, encore largement préservée. Sur ces rivages de l’Adriatique
et de lamer Ionienne, en face de l’île deCorfou, les peuples, les langues
et les religions semêlent, et le tracé de la frontière entre l'Albanie et laGrèce
n’a jamais fait consensus.
Par Jean-Arnault Dérens ¬
N
ous mangeons les mêmes plats,
nous dansons les mêmes danses,
nous chantons les mêmes chan-
sons, même si les paroles en sont
écrites dans deux langues diffé-
rentes. Et pourtant, de lourdes
méfiances n’ont cessé de s’accu-
muler entre nos deux peuples »
,
soupire Dimitrios Giogkas, un homme d’affaires de Janina, le
principal centre urbain de la région grecque de l’Épire. Dimitrios
commerce avec l’Albanie voisine depuis que le régime stali-
nien qui tenait ce pays isolé du reste du monde s’est effondré en
1992. Il se rend chaque semaine de l’autre côté de la frontière, à
Gjirokastra, la « ville de pierres » où la langue grecque est tou-
jours comprise et parlée, à côté de l’albanais. Dimitrios se veut
pionnier d’une réconciliation qui tarde toujours à venir. Même
si les échanges commerciaux – licites ou non, car la contrebande
fleurit depuis longtemps dans la région – sont redevenus natu-
rels, l’état de guerre, proclamé en 1940, n’a jamais été formelle-
ment aboli entre les deux pays, et les revendications nationalistes
et irrédentistes s’entrecroisent toujours.
DOSSIER MÉDITERRANÉE
/ GRÈCE & ALBANIE
© Shutterstock
À Gjirokastra en Albanie, la langue grecque est toujours comprise et parlée
par la population, à côté de l’albanais.
1...,27,28,29,30,31,32,33,34,35,36 38,39,40,41,42,43,44,45,46,47,...108
Powered by FlippingBook