RDM03 - virtuel - page 44

44
RDM Magazine
/ N°3 / mars–mai 2016
L
a Grèce, le berceau de la démocratie,
est en ce moment sous attaque. On
est au point où le « non » massif des
Grecs l’été dernier – 62%de la population a voté
contre les nouvelles mesures d’austérité – a été
transformé en « oui » par le gouvernement. La
population grecque vit une crise économique,
sociale, mais aussi une crise de la démocratie,
depuis cinq ans et demi. En sauvant la Grèce, et
en ne permettant pas que la peur et le chantage
l’emportent sur l’espoir et la création, on pourra
dire qu’on sauvera la démocratie.
À mon avis, la Grèce, en tant que membre an-
cien, devrait revendiquer que l’Union euro-
péenne honore et respecte ses principes fonda-
teurs, c’est-à-dire la démocratie, la paix sociale,
la prospérité des peuples et des sociétés.
Ce qui rend très optimiste, c’est que beaucoup
d’artistes et d’intellectuels contribuent à leur
manière au soutien du moral des citoyens. Mais
il faut savoir que cela s’effectue par des initia-
tives individuelles. Une véritable résistance
culturelle. La Grèce n’abandonne jamais. Et le
peuple grec a une histoire de lutte démocratique
et culturelle qui constitue un patrimoine uni-
versel : une âme vivante, vibrante et « luttante ».
Ce pays est une série de sentiments, de paysages,
d’hommes et de femmes.
Z
K
onstantopoulou
J
e pense qu’il faut à tout prix sauver la Grèce et la maintenir dans l’euro et l’Europe, pas
seulement parce que c’est l’héritage, et que c’est évidemment la filialité aux racines de notre
démocratie, mais parce que si on commence à retirer la Grèce, alors tout va se débobiner.
Le pays qui doit sortir, c’est laGrande-Bretagne. Évidemment, il faut que le Brexit ait lieu, parce
qu’on est dans des logiques géopolitiques qui ne sont pas les nôtres. La Grèce est totalement intra-
européenne parce qu’elle est au cœur des problèmes que l’on rencontre : des problèmes économiques –
la crise grecque en est la preuve –, les problèmes de migrants, le front méditerranéen, mais aussi tout
ce chaudron balkanique qui se réveillerait très vite et qui donnerait de graves guerres s’il n’y avait pas
l’Europe. Et donc, garder laGrèce dans l’Europe, faire les efforts qu’il faut et lui demander les efforts
qu’il faut pour que l’Europe puisse continuer avec laGrèce, c’est fondamental.
« LA GRÈCE, UNE CHANCE POUR L’EUROPE »
_
CHRISTOPHE BARBIER
R EGA RDS C RO I S É S
Zoé Kons t an t opou l ou e t Chr i s t ophe Bar b i e r
Elle a été durant huit mois la charismatique Présidente du Parlement grec, élue en tant que
membre de Syriza en février 2015. Il dirige la rédaction de
L’Express
depuis 10 ans.
RDM
est allé
à leur rencontre pour confronter leur regard sur l’état démocratique et social de laGrèce en 2016.
Entretiens réalisés par Florian Delisle ¬
« LA GRÈCE, CE N’EST PAS SEULEMENT
UN PAYS, C’EST UN PEUPLE,
C’EST UNE HISTOIRE,
C’EST UNE PERSPECTIVE »
_
ZOÉ KONSTANTOPOULOU
REGARDS CROISÉS /
DOSSIER MÉDITERRANÉE
1...,34,35,36,37,38,39,40,41,42,43 45,46,47,48,49,50,51,52,53,54,...108
Powered by FlippingBook