RDM04_WEB_VCOMPLETE - page 10

RDM Magazine
/ N°4 / juin–septembre 2016
10
L’ INS TANT PHOTO
Amies et amis croisiéristes, vous aussi envoyez-nous vos photos à
,
nous les publierons dans nos prochains numéros.
LE COEUR NE T
Par Nicolas Martin ¬
>
>
Îles Lofoten
Marie-Claire Bets
Islande
Yves de Marcy
L
e temps d'une croisière. C'est
un temps à part, le temps du
repos, un temps plus long,
plus étiré, qui laisse place à la
contemplation, à l'étirement des heures
au coucher du soleil. C'est le temps
d'une certaine forme d’insouciante
langueur. Du laisser vivre. Le temps
de l'oubli. On s'oublie un peu. On
oublie en tout cas les contingences du
quotidien. On est moins regardant sur
la nourriture par exemple. C'est aussi
le temps du plaisir, après tout. Ce n'est
donc pasmoi qui vais vous rappeler de
surveiller vos apports en cholestérol
et de ne pas consommer d'aliments
trop gras. Parce que c'est vrai : le gras,
ce n'est pas très bon pour les artères,
ça augmente les risques d'infarctus,
notamment.
Bon, mais puisqu'on en parle, sachez
que la nature est injuste. Tenez, prenez
les Islandais par exemple. Eh bien, ils
seraient en partie protégés des risques
d'infarctus. Une injustice qui se niche...
dans leurs gènes ! Une récente étude
publiée dans le
NewEngland Journal
ofMedecine
montre qu'un Islandais
sur 120 est porteur d'unemutation
génétique, sur le chromosome 17 pour
être précis, qui réduit de 35 % le risque
de faire un infarctus ou de développer
unemaladie coronarienne : taux de
cholestérol plus faible, taux de vitamine
B12 – une vitamine qui est essentielle
au fonctionnement du cerveau, et que
l'on trouve en grande quantité dans les
viandes – naturellement plus élevée, et
in fine, une espérance de vie supérieure
d'un an et demi à lamoyenne de leurs
concitoyens.
Si la raison de cettemutation génétique
est encore inconnue, on peut toutefois
la rapprocher d'une autre variation
du génome d'une autre population
duNord : celle des Inuit. C'est le
chromosome 11 qui est en jeu cette fois,
et cette variation permet aux Inuit de
mieux assimiler l'ingestionmassive de
graisses demammifèresmarins – des
graisses qui se retrouvent largement et
en grandes quantités dans leur régime
alimentaire – et donc d'échapper à leurs
effets néfastes.
Les scientifiques se posent désormais
la question suivante : ces variations
génétiques se retrouvent-elles chez
d'autres populations à travers lemonde ?
Pour le savoir, ils vont analyser l'ADNde
300000personnes vivant aux Pays-
Bas, auDanemark, enAllemagne, en
Grande-Bretagne, enNouvelle-Zélande
et aux États-Unis. En attendant d'en
avoir le cœur net, évitez de vous ruer
systématiquement sur les savoureuses
grillades que l'onnemanquera pas de
vous servir à chaque escale. Ce qui
devrait, variation génétique ounon, vous
permettre de le garder, le cœur net.
RdM
BILLET D'HUMEUR /
DANS LA VAGUE
1,2,3,4,5,6,7,8,9 11,12,13,14,15,16,17,18,19,20,...108
Powered by FlippingBook