RDM04_WEB_VCOMPLETE - page 47

47
juin–septembre 2016 / N°4 /
RDM Magazine
© Artcirq
Plus d’infos sur
et
pas, le taux de suicide a drastiquement reculé ces dernières
années. Un constat face auquel Guillaume Saladin préfère
rester prudent.
« Je ne veux pas faire de lien direct, ce serait trop
simpliste comme raisonnement. Il y a bien trop de facteurs à prendre
en compte. C’est une action positive, bien sûr. Elle contribue au bien-
être individuel et collectif. Mais il n’y a pas assez d’actions comme
celle-ci dans le Grand Nord. Il devrait y en avoir plusieurs dans
chaque communauté, or nous sommes les seuls,
regrette-t-il
. Notre
objectif n’a jamais été de créer une troupe de haut niveau. D’autant
qu’ils sont trop attachés à leur village et ne veulent pas en partir ! Le
cirque n’est qu’un prétexte pour donner aux jeunes la possibilité de
rencontrer d’autres personnes, de se faire confiance et de puiser dans
le groupe la force de réaliser leurs rêves. »
La prochaine étape est un spectacle de grande envergure, en
collaboration avec la compagnie de cirque de Montréal Les 7
doigts de la main et des vidéastes Inuit pour le dessin d’ani-
mation.
« Notre inspiration vient d’une phrase qui dit que quand
une culture perd de vue ses mythes fondateurs, elle est en danger. On
est justement en plein dedans »
, nous explique-t-il.
Quand il avait deux ans, sa grand-mère adoptive l’a baptisé It-
tukssarjuat, du nomd’un ancien chef de village décédé dans les
années 1930. Cela signifie
« le petit vieux qui deviendra grand »
. Le
petit bien a grandit. Mais personne n’échappe à son enfance.
RdM
DOSSIER
/ ARTCIRQ
1...,37,38,39,40,41,42,43,44,45,46 48,49,50,51,52,53,54,55,56,57,...108
Powered by FlippingBook