RDM04_WEB_VCOMPLETE - page 77

juin-septembre 2016 / N°4 /
RDM Magazine
77
EN VRAC
/ SANTÉ
C
onsciemment
ou
pas,
même
le
plus
citadin
d’entre nous se sent apaisé
au contact de la nature, et
plus particulièrement la nature verte
ou bleue (l'eau sous toutes ses formes).
« La présence de nature nous rassure sur le
fait que l'une des conditions principales à
notre survie est bien là, puisqu'elle nous dit
que de l'eau est présente. Ce besoin de base
étant rempli, notre niveau de stress baisse »
,
explique Jordy Stefan, chercheur à l'uni-
versité Bretagne-Sud et membre de la
seule équipe française spécialisée sur la
question.
La nature a cela d’apaisant que sa beau-
té est universelle. Ainsi, d’après une
étude de Kaplan publiée en 1995 dans
le
Journal of Environmental Psychology
,
observer les lignes simples de la nature
repose l’attention, décentre de la tâche
que l’on est en train d’accomplir ou de
l’événement stressant que l’on est en
train de vivre. Elle stimule en douceur
les sens, sollicite de diverses manières
la vue, l’ouïe et l’odorat. On récupère
de fait des facultés cognitives accrues :
capacité d’attention et d’apprentissage.
D’autres études (Putnam en l’an 2000
par exemple) ont montré combien la
nature favorise un comportement plus
ouvert, plus solidaire et plus social : si
on laisse tomber un objet en forêt par
exemple, il est beaucoup plus probable
qu’une autre personne nous propose
son aide pour le ramasser que si cela
se produisait en pleine rue, en milieu
urbain. Tentez une autre expérience :
un bonjour souriant lancé à un autre
être humain croisé au cœur de la nature
vous sera rendu 7 fois plus souvent que
cemême salut en pleine ville !
Ces études montrent par ailleurs que la
marche en forêt, au bord de la mer ou
d’un lac améliore à la fois notre santé,
notre sociabilité et notre système co-
gnitif. Pratiquer une activité physique
quelle qu’elle soit (balade, jogging, ran-
donnée, taï-chi, etc.) renforce la moti-
vation et la régularité de cette pratique.
Or on connaît l’importance de l’activité
physique, tant pour la santé physique
que mentale. Autre avantage : son im-
pact social. La désocialisation consti-
tue en effet l’un des risques majeurs
auxquels sont confrontés les seniors
en particulier après la retraite. Or la na-
ture parle à tout le monde et permet de
regrouper les gens, de développer son
réseau social : on en discute, on s’y ren-
contre et on y pratique une activité (ne
serait-ce qu’une simple promenade).
Jardiner permet aussi de re-responsabi-
liser un senior, de retrouver la notion de
contrôle, capitale pour la préservation
de sa santé. Mais aussi de retrouver un
mode d’expression, voire de renouer
avec des émotions, des savoirs enfouis
profondément dans son être. Et quand
bien même l’état de santé ne permet
plus de toucher directement la terre
et les plantes, la simple vue d’un arbre,
d’un parc, de quelques fleurs a un effet
quasi magique : l’étude d’Ulrich de 1984
publiée dans la revue
Science
a montré
qu’après une opération de la vésicule
biliaire, la durée d’hospitalisation et la
prise demédicaments étaientmoindres
pour les patients qui bénéficiaient
d’une vue sur un parc que pour ceux
qui n’apercevaient aucun bout de ver-
dure !
« La nature a un côté analgésique qui
procure du bien-être, qui influence même le
temps de cicatrisation »
, résume Jordy Ste-
fan. Enfin bonne nouvelle pour les al-
lergiques aux pollens : les bienfaits de la
nature sont exactement les mêmes qu'il
s'agisse d'une randonnée, d'une vue ar-
borée, d'une plante verte sur l'étagère,
oumême d'une photo.
RdM
En Norvège, suite à la publication
de plusieurs études soulignant la
corrélation entre activité physique
en plein air et meilleure santé des
personnes âgées, des mesures ont
été prises visant à faciliter l’accès à la
nature pour les seniors : organisation
de marches adaptées, facilitation de
l’accès à l’information et réduction de
la distance entre les espaces naturels
et le domicile des seniors. Cet enjeu
de santé publique est abordé dans
le rapport annuel du gouvernement
sur « la nature et la vie au grand
air comme sources de santé et de
qualité de vie », dans le « rapport sur
la santé des Norvégiens » et dans
le rapport sur « la stratégie pour
une société qui intègre ses seniors ».
Le gouvernement a mis en place
ce printemps des mesures pour que
chacun ait accès à des chemins de
randonnée ou à des espaces naturels
dans un périmètre inférieur à 500 m
du domicile. Il souhaite également
inciter les hôpitaux et les autres ins-
titutions de soins à utiliser et intégrer
la nature et les activités de plein air
dans leurs traitements. Les communes
sont ainsi encouragées à prendre
en compte la proximité des espaces
naturels pour construire maisons de
retraite et cliniques.
1...,67,68,69,70,71,72,73,74,75,76 78,79,80,81,82,83,84,85,86,87,...108
Powered by FlippingBook