Magazine #5 RDM - Rivages du Monde - page 12

RDM Magazine
/
N°5
/
octobre–janvier 2016–2017
12
RDMmagazine : Vous chantez
sur des bateaux à l’occasiondes
croisièresRivages dumonde.
Comment prépare-t-onunrécital ?
KarineDeshayes :
Il n'y a pas de
différence quant à la préparation
qui reste semblable aux autres
représentations. Seule l’acoustique
demande une adaptation. Il est
évident que l'acoustique d'un salon
sur un bateau n'est pas celle d'une salle
d'opéra ! Le son est plus sec et hélas
nécessite une sonorisation.
RDM : Chante-t-on de lamême
manière sur terre et surmer ?
K.D.:
Oui le spectacle et laperformance
restent lesmêmes, sauf que parfois ça
tangue ! Alors on s'accroche au piano et
on essaie de retrouver son équilibre !
RDM : Vous êtes plutôt
LaMer
de
Charles Trenet ou
Océan
de Jean-
Louis Aubert ?
K. D. :
Sans hésitation, je suis
La Mer
QUES T IONNA IRE BAT E AU
avec Karine Deshayes
Elle fait le tourdumondedans les rôles-phares des plus grands opéras. Lamezzo-soprano française
KarineDeshayes parcourt aussi les océans pour animer les croisièresmusicales deRivages dumonde.
Interview par Florian Delisle
¬
Illustration Dorian Jude
¬
QUESTIONNAIRE BATEAU
/
DANS LA VAGUE
de Trenet. Et notamment cet extrait :
« Et d'une chanson d'amour, la mer a bercé
mon coeur pour la vie. »
RDM : Quels airs chantez-vous
pendant ces croisières ?
K. D. :
Avec les autres artistes de la
croisière, nous chantons un répertoire
assez large. Ce sont aussi bien des
mélodies, que des extraits d’opérette
et d’opéra ou même des zarzuelas...
Nous proposons des solos, des duos
ou des ensembles et nous essayons
d’être les plus variés possibles.
RDM : Pour vous, quel air ou
opéra correspond lemieux à
l’ambiance d’une croisière ?
K. D. :
Je dirais peut-être le duo de
la barcarolle des
Contes d'Hoffmann
d’Offenbach. Les deux protagonistes
arrivent en gondole à Venise et la
musique évoque le balancement des
flots.
RDM : Racontez-nous votre
première expérience sur un
bateau ?
K. D. :
Ma première croisière date du
mois dernier. C'était mon baptême
avec Rivages du monde au Groenland,
en Irlande et Islande, grâce à Jean-
François Vinciguerra, ténor et
directeur artistique des croisières.
RDM : Si vous en aviez la
possibilité, où aimeriez-vous
jeter l'ancre ?
K. D. :
J'aimerais tant jeter l'ancre à
Syracuse ! Une ville superbe que j'ai
découverte récemment au cours de
la croisière Deutsche Grammophon
autour de l’Italie, Tutta l'Italia.
RdM
1...,2,3,4,5,6,7,8,9,10,11 13,14,15,16,17,18,19,20,21,22,...108
Powered by FlippingBook