Magazine #5 RDM - Rivages du Monde - page 24

RDM Magazine
/
N°5
/
octobre–janvier 2016–2017
24
EXPOSITIONS
/
CULTURE
©
La Collection Chtchoukine. Musée de l'Ermitage – musée Pouchkine
L E S JOYAU X DE L A COL L EC T I ON
CH T CHOUK I NE
L’exposition événement à la Fondation Vuitton accueille près de la
moitié de la collection de Sergueï Chtchoukine, industriel russe du
début du XX
e
siècle, mécène amoureux et incontournable promoteur
dumodernisme français.
Par Florian Gaité
¬
T
émoins de la vigueur des
échanges
culturels
entre
Paris et Moscou de 1890 à
1914, les 140 pièces réunies
retracent le parcours de cet amou-
reux de la peinture moderne qui en
a soutenu les figures de proue (Cé-
zanne, Gauguin, Matisse ou Picasso)
à contre-courant de l’opinion de ses
contemporains. Fruit d’une première
collaboration avec le musée de l’Ermi-
tage et le musée Pouchkine, emprun-
tant également à la galerie Tretiakov
ainsi qu’à des musées new-yorkais
et européens,
Icônes de l'art moderne
expose pour la première fois cette in-
croyable collection hors de Russie.
Henri (dit Le Douanier) Rousseau
(1844-1910, France)
Combat du tigre et du buffle, 1908-1909
Musée d'État de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg
Après avoir collectionné des pay-
sages d’artistes anglais, norvégiens
et de quelques naturalistes parisiens,
Chtchoukine s’est pris de passion pour
l’impressionnisme français à travers
Pissarro et Monet dont il acquiert les
œuvres dans les années 1890. Il profite
alors de ses voyages d’affaires à Paris,
où il s’installera définitivement après
son exil en 1923, pour s’introduire dans
les cercles de collectionneurs, de mar-
chands et d’artistes, dont les époux
Stein, Ambroise Vollard et Henri Ma-
tisse avec qui il se lia d’une profonde
amitié. Fasciné par la vitalité des révo-
lutions de l’art moderne, il constitue
rapidement une collection d’une ri-
chesse inestimable, à faire pâlir les plus
grands musées. En 1914, Chtchoukine
a en effet déjà acquis pas moins de
8 tableaux de Cézanne, 16 de Gauguin,
4 de Van Gogh, 3 de Renoir, 5 de Degas,
4 de Rousseau, 16 de Derain et près de
50 de Picasso.
Icônes de l'art moderne
en
présente plusieurs pièces maîtresses, à
l’instar de la
Tête d’homme
de Cézanne,
d’une
Danseuse
de Degas ou du célèbre
Hommeaujournal,ChevalierX
deDerain.
L’exposition est complétée par une
créationmultimédia, réalisée par Peter
Greenaway et Saskia Boddeke, do-
cumentant la commande passée à
Matisse des panneaux
La Danse
et
La
Musique
, qui en sont malheureusement
absents.
Placée sous le commissariat d’Anne
Baldassari, l’exposition adopte une
scénographie qui permet au public
de plonger dans l'ambiance du palais
Troubetskoï, résidence moscovite de
Chtchoukine devenue un haut lieu
de rencontres intellectuelles et artis-
tiques. La présence de chefs-d’œuvres
des avant-gardistes russes (Malevitch,
Rodchenko, Klioune) permet à cet
égard de mesurer l’influence décisive
de la galerie, ouverte au publique, sur la
constitution des grands mouvements
russes tels que le cubofuturisme, le
suprématisme ou le constructivisme.
Icônes de l'art moderne
ressuscite ainsi
l’esprit d’une époque charnière de l’art,
qui doit beaucoup à ce collectionneur
visionnaire et radical, auquel Paris
rend aujourd’hui, enfin, un vibrant
hommage.
RdM
1...,14,15,16,17,18,19,20,21,22,23 25,26,27,28,29,30,31,32,33,34,...108
Powered by FlippingBook