Magazine #5 RDM - Rivages du Monde - page 26

RDM Magazine
/
N°5
/
octobre–janvier 2016–2017
26
INTERVIEW
/
CULTURE
C
ontre toute attente, il commande une eau
minérale. Plate, en plus. Comme quoi, il
faut toujours se méfier des clichés. Ou de
l’eau qui dort. Car si Frédéric Beigbeder
avoue ne rien connaître au cinéma russe,
il est en revanche insatiable sur une cer-
taine Russie. Celle que son statut d’écrivain français fort lu
là-bas lui a fait connaître. Une Russie festive, lettrée, exces-
sive et privilégiée...
RDM : Vous souvenez-vous de votre premier voyage en
Russie ?
Féréderic Beigbeder :
Bien sûr ! J’étais invité à un salon
du livre par mon éditeur russe à Moscou. Je me souviens
qu’avant une conférence à 11h du matin, on m’avait servi un
shot de vodka. J’ai dit
« Non, non... »
Et eux
« Mais si ! Vous êtes
Frédéric Beigbeder vous devez boire une vodka ! »
J’ai compris que
ma réputation avait traversé la frontière ! Je suis immédiate-
ment tombé amoureux de Moscou. La ville est très grande
mais on peut traverser tout le centre à pied. La place Rouge,
l'hôtel Metropol, le Bolchoï, les boutiques de luxe et à une rue
de là le siège de l’ancien KGB... C’est fascinant ! Et puis il y
a tous les endroits chargés en souvenirs littéraires comme
la maison de Boulgakov. Quand on a lu les grands auteurs
russes, on a envie d’aller se promener sur leurs traces.
À Saint-Pétersbourg, je suis allé à la maison de Pouchkine,
Dostoïevski et Nabokov. Il y a un côté pèlerinage qui me plaît
bien.
RDM : Vous y êtes retourné souvent ?
F. B. :
Oui, régulièrement. Jeme souviens d’une fois trèsmar-
rante où j’étais avec Emmanuel Carrère, Maurice Dantec, le
journaliste Philippe Lançon et l’éditeur Olivier Rubinstein.
On a dîné dans un restaurant entourés de portraits de Lénine
et bu, mais bu… Puis on s’est promenés la nuit dans la neige.
Un vrai conte de fées ! Voilà c’est ça, la Russie a pour moi
quelque chose de l’ordre du magique, de la féerie.
RDM : Qu’est-ce qui vous plaît tant chez les Russes ?
F. B. :
J’ai remarqué, ce qui est un comportement très nar-
cissique, que tu vas aimer un pays où l’on t’aime. C’est très
agréable pour moi d’aller en Russie car j’ai l’impression
d’y être compris, que mes paradoxes et mes contradic-
tions que l’on me renvoie souvent à la figure ici sont totale-
ment acceptés là-bas. Et puis il faut reconnaître aussi qu’il
y a de très jolies filles, que c’est très festif et qu’il y a une
âme, une envie de sincérité. Par exemple, les conversations
abordent très vite des sujets importants. C’est curieux. Tu
rencontres quelqu’un et au lieu de te demander combien tu
gagnes, ils te demandent si tu es heureux ou si tes parents
t’ont aimé…?! C’est très gênant ! Tout le contraire de Los
Angeles où ils sont adorables mais n’en ont rien à foutre de
ta gueule !
1...,16,17,18,19,20,21,22,23,24,25 27,28,29,30,31,32,33,34,35,36,...108
Powered by FlippingBook