Magazine #5 RDM - Rivages du Monde - page 29

octobre–janvier 2016–2017
/
N°5
/
RDM Magazine
29
CULTURE
/
ARCHITECTURE
E
difié aux pieds de la tour Eiffel, le nouveau Centre cultu-
rel et spirituel orthodoxe de Paris symbolise l’amitié re-
nouée entre les deux pays et concourt au rayonnement de la
religion orthodoxe, qui compte plus de 200000 fidèles sur
notre territoire.
Porté par le cabinet Wilmotte & associés, le projet impres-
sionne par son ambition architecturale et les défis tech-
niques qu’il relève. Habitué aux grands chantiers (de l’hôtel
Lutétia aux stades de Nice et de Bakou), Jean-Michel Wil-
motte a conçu un édifice de plus de 4000 m
2
, surmonté de
cinq dômes filetés d’or, dont le plus imposant a été posé par
hélicoptère. Dominant le quartier du quai Branly auquel
il offre des perspectives uniques, il comprend quatre hauts
bâtiments imbriqués les uns dans les autres : une cathédrale
consacrée à la Sainte Trinité, un centre culturel, un centre
paroissial ainsi qu’une école franco-russe. Conçu à l’image
de la culture orthodoxe, à son esthétique aussi raffinée
qu’exubérante, il affiche néanmoins une certaine sobriété
d’ensemble qui le fait parfaitement s’intégrer à l’environne-
© DR
L A NOU V E L L E COUPOL E
DE PA R I S :
de l’or à l’or thodoxie
Le flamboyant Centre culturel et spirituel orthodoxe de Paris
ouvre ses portes cet automne, après plus d’une décennie
d’imbroglio juridico-administratif, rythmée par les fluctuations
des relations diplomatiques entre laFrance et laRussie.
Par Florian Gaité
¬
ment urbain. Non sans rappeler la célèbre cathédralemosco-
vite de la Dormition, le Centre culturel et spirituel orthodoxe
est réalisé en pierres blanches de Bourgogne et feuilleté de
strates de verre, dans un style résolument contemporain.
Plantant de nouveaux bulbes dans le paysage de la capitale, la
construction répond à un engagement écologique fort, éla-
borée dans le plus grand respect des Plans Climat et Biodi-
versité de la Ville de Paris. Sa toiture végétalisée et son allée
plantée (d’aulnes, de tilleuls deMongolie et d’arbres fruitiers)
rappellent en outre le monument à la ruralité des églises or-
thodoxes russes, en l’inscrivant dans un décor aux évoca-
tions champêtres.
Relevant de la souveraineté de l’État russe, qui
exerce son « droit de chapelle » sur le territoire
français, le bâtiment soulève enfin des enjeux
géopolitiques considérables. L’installation
de ce bâtiment, officieusement surnommé
« Saint-Vladimir », au cœur d’une des plus im-
portantes capitales de l’Europe occidentale
participe en effet à une stratégie de reconquête
des édifices religieux à l’ère post-soviétique,
trois ans après la réappropriation de la ca-
thédrale Saint-Nicolas de Nice. Affirmant un
peu plus son autorité spirituelle face à celle de
Constantinople (d’Istanbul), l’Église de Mos-
cou offre ainsi avec ce Centre culturel et spi-
rituel un écrin de taille aux perles de la culture
orthodoxe comme une vitrine de choix à la
Russie d’aujourd’hui.
RdM
1...,19,20,21,22,23,24,25,26,27,28 30,31,32,33,34,35,36,37,38,39,...108
Powered by FlippingBook