Magazine #5 RDM - Rivages du Monde - page 3

3
édito
e n’est pas le champ qui nourrit, c’est la culture ”
, assure un proverbe russe. S’il est un
pays qui a su porter les arts et la culture jusqu’aux sommets de l’excellence, c’est
bien la Russie. DeDostoïevski à Pouchkine, deNijinski àNoureev, de Tchaïkovski
à Kandinsky, ce pays a enfanté les plus grands qui, monopolisant les premières
marches des podiums, par d’autres exploits sportifs ou militaires, ont réussi à
atteindre les étoiles. Comme si la performance naissait d’une excessive nécessité.
Pour autant cela suffit-il à définir ce pays ? Car au fond, qu’est-ce que la Russie ? Quand on parcourt
l’immensité de son territoire, on est frappé par la multiplicité de ses peuples, de ses paysages, de ses
visages. Et pourtant l’attachement à cette terre est partout le même. Un patriotisme emprunt de
fatalisme et de rêves de grandeur, une « âme slave » qui cimente une nation. Qu’importent les péripéties
de l’Histoire, cette Russie éternelle, façonnée par l’orthodoxie, se ressent dans chaque recoin et jusque
dans sa modernité. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’opulente Moscou et les frasques des oligarques qui
côtoient la résistance résignée des autres ou la dissidence artistique. Les mutations de la Russie nouvelle
n’ont rien changé à son âme. Tout est différent et pourtant pareil.
« Il n’y a pas de chemins en Russie. Il n’y a que des destinations »
, se lamentait Napoléon. Il n’avait pas saisi que ce
pays ne se conquiert pas, mais s’offre passionnément à celui qui cherche à le comprendre.
RdM
Sébastien Righi
“C
1,2 4,5,6,7,8,9,10,11,12,13,...108
Powered by FlippingBook