Magazine #5 RDM - Rivages du Monde - page 30

RDM Magazine
/
N°5
/
octobre–janvier 2016–2017
30
ALEXANDRE THARAUD,
Rachmaninov, la force de la
mélancolie
« Je ne pense pas que Rachmaninov ait
été heureux dans sa vie »,
dit Alexandre
Tharaud.
« Il a été amoureux, a eu du
succès, mais il était déraciné. Les compo-
siteurs qui ont vécu l’exil ont tous écrit une
musique nostalgique. »
Ce nouvel opus
d’Alexandre Tharaud a été conçu au-
tour du
Concerto n°2
, le chef-d’œuvre
absolu de Sergei Rachmaninov (1873-
1943), empreint d’une bouleversante
mélancolie et écrit en 1901 alors que
le musicien était plongé dans une
profonde dépression. Il n’était pas
encore parti de Russie au moment
d’écrire cette partition d’un lyrisme
déchirant ponctué d’envolées exal-
tées. Une partition reconnue pour sa
difficulté ; il faut des mains immenses
telles que celles du compositeur lui-
même pour la jouer. Pianiste virtuose,
Rachmaninov fut acclamé partout,
enchaînant les tournées tout au long
de sa vie. Quand il décide de quitter
la Russie en pleine révolution, il s’ins-
talle quelque temps à Paris, puis part
pour les États-Unis en 1918. Il y donne
concert sur concert, mais souffre
toujours de dépression et de pannes
d’inspiration. L’exil comme une souf-
france…
«Quandj’écoutele
Concerton°2
,
j’entends un homme au bord d’un puits
sans fond. Les Russes sont comme ça. Ils
ont besoin de danger, ils sont extrêmement
romantiques. Le romantisme, c’est aller au
bout des choses, par conviction, par amour
ou pour un idéal. Et la musique russe, c’est
ça : c’est aller au bout des choses. »
Derrière
la force apparente du compositeur,
se cache en effet une grande fragilité,
un contraste évident à l’écoute de sa
musique.
« Ce qui me séduit chez lui c’est
qu’il marche sur un fil »
, révèle Alexandre
Tharaud. L’interprétation du pianiste
est à l’image de l’œuvre de Rachmani-
nov, à la fois solide et délicate, oxymore
fidèle à l’âme russe.
Alexandre Tharaud,
Tharaud plays Rachmaninov,
Erato
© Oezguer Albayrak / Digitalcollections
ANNANETREBKO,
voix russe pour airs italiens
Premier album studio depuis trois ans pour
Anna Netrebko, la star russe de l’opéra ! Avec un
programme parfaitement adapté à son épanouis-
sement vocal, la soprano de 45 ans se consacre ici
au Vérisme, le mouvement qui a succédé au Bel
Canto en Italie au XIX
e
siècle, faisant place à des
rôles moins idéalisés, plus proches de la réalité,
plus sombres. Aux côtés du chef Antonio Pappa-
no et de son mari, le ténor Yusif Eyvazov, la diva
reprend des airs signés Puccini, Leoncavallo et
Giordano.
Verismo
est un bien bel écrin pour cette
voix ample au timbre riche et velouté.
Anna Netrebko,
Verismo,
Deutsche Grammophon
MUS I QUE
Par Charlotte Latour
¬
MUSIQUE
/
CULTURE
1...,20,21,22,23,24,25,26,27,28,29 31,32,33,34,35,36,37,38,39,40,...108
Powered by FlippingBook