RDM Magazine #6 - Rivages du Monde - page 14

RDM Magazine
/
N°6
/
mars–juin 2017
12
RDMmagazine : Pour une grande
voyageuse comme vous, lamer
est-elle une évidence ?
Diane Polya-Zeitline :
La mer,
pour moi, c'est plutôt comme un
rêve : quelque chose qui vous offre
des perspectives d'évasion. Je dois
avouer que j'en ai un peu peur, car je
n’arrive pas à en voir la fin. Ça m'attire
et m'interroge à la fois, en quelque
sorte. La mer est capricieuse, elle
a ses humeurs. Elle peut être très
calme et on peut sentir soudain un
frémissement lorsque la couleur du
ciel change. Elle est comme les êtres
humains. On ne peut pas réellement
savoir qui elle est et c'est pour cette
raison qu'elle est attirante.
RDM : Qu’est ce qu’il y a
de lyrique dans une croisière ?
D. P.-Z. :
Déjà il y a un son : un
moteur omniprésent [rires]. Plus
sérieusement, c'est prendre son
QUES T IONNA IRE BAT E AU
avec Diane Polya-Zei t l ine
Cela fait 26 ans qu’elle a pris la direction artistique de l’opéra de Vichy. Mais depuis toujours, celle qui est
née à Beyrouth au Liban ne cesse de parcourir le monde et garde un souvenir inoubliable de sa dernière
croisière musicale Deutsche Grammophon autour de l’Italie. Entretien.
Interview par Florian Delisle
¬
Illustration Dorian Jude
¬
QUESTIONNAIRE BATEAU
/
DANS LA VAGUE
temps, même s’il est compté, car
il y a des escales et des horaires
à respecter. Mais ce temps vous
appartient. Et la musique vous savez,
c’est du temps : un temps silence, un
temps mesuré, etc. Il y aussi le temps
de la rencontre avec les autres et les
langues étrangères que l’on entend :
cela produit aussi une musique. Et
ce bateau qui vous protège, qui vous
enveloppe, vous semble très fort, très
construit : c’est comme une partition.
Voguer ainsi est un rêve.
RDM : Et si cette croisière était
un opéra ?
D. P.-Z. :
Tout de suite ? Je pense
plutôt à un film :
E la nave va
, de
Fellini. Pour un opéra, celui qui me
vient à l’esprit ?
Le Barbier de Séville
,
parce que c’est gai et que j’adore
Rossini. Ou bien sûr,
Cosi fan tutte,
de
Mozart où, pour tester leur fidélité,
deux officiers annoncent à leur
fiancée qu’ils partent en bateau faire
la guerre avant de rentrer en ayant
échangé leur rôle.
RDM : Avez-vous déjà pensé
à larguer les amarres ?
D. P.-Z. :
Comme je suis partie
souvent et très jeune, pour moi,
larguer les amarres c’est surtout
dans la tête. Étant née au Liban,
mes parents nous ont fait beaucoup
voyager. Je suis partie étudier toute
seule aux États-Unis et j’ai visité l’Inde,
sac au dos…Grâce aux croisières, j’ai
trouvé la possibilité de voyager d’une
manière non-contrainte, sans être
obligée de défaire en permanence mes
valises. C’est un moyen extraordinaire
de « voyager sur place ». Je rêve même
un jour, quand je serai plus âgée, de
vivre et naviguer sur un bateau. C’est
merveilleux, comme un appartement
qui vous permet de visiter le monde.
RdM
1...,4,5,6,7,8,9,10,11,12,13 15,16,17,18,19,20,21,22,23,24,...108
Powered by FlippingBook