RDM Magazine #6 - Rivages du Monde - page 21

mars–juin 2017
/
N°6
/
RDM Magazine
19
«P
arfois résister c'est rester, parfois résister c'est
partir »
, a écrit Christiane Taubira sur son
compte Twitter quand elle a quitté le ministère
de la Justice le 27 janvier 2016 sur «
un désaccord politique ma-
jeur
» lié au projet de déchéance de nationalité. De son passage
à la PlaceVendôme où elle avait été nommée le 16mai 2012, elle
ressort encensée ou détestée, icône à gauche ou cible de choix
pour la droite et l'extrême droite. Elle a été victime d'attaques
outrancières et même d'injures racistes. Elle le doit surtout à
son rôle dans la loi sur le mariage pour tous que, redoutable
bretteuse politique, elle a défendue avec une éloquence éru-
dite et passionnée. Mais des batailles, Christiane Taubira en a
menées beaucoup.
Née àCayenne le 2 février 1952, elle est issue d'une famille écla-
tée, sa mère, Bertille, femme de service à l'hôpital, puis infir-
mière élevant seule ses onze enfants. Au lycée à Cayenne, puis
jeune adulte, ce n’est pas un hasard si elle se coiffe comme la
DANS LA VAGUE
/
TENDANCES POLITIQUES
Garde des Sceaux des gouvernements socialistes
Ayrault et Valls, Christiane Taubira a été
la première femme noire à diriger unministère
régalien. À l’exception d'un autre Guyanais,
GastonMonnerville, radical de gauche également,
jamais un ultramarin n’était monté aussi haut
sur l’échelle du pouvoir.
Chr ist iane Taubira,
une ver ve radicale
commencent à toucher les juifs, les arabes et les hommes de
couleur. En tant qu'avocat, il défend les personnes inquiétées
par Vichy, ce qui lui vaut d’être arrêté à plusieurs reprises. Il
a rejoint aussi la Résistance en adhérant au groupe Combat
d’obédience gaulliste, puis en 1942, il prend le maquis avec
sa femme en Auvergne. À la Libération, il est élu membre de
l’Assemblée constituante. En mars 1946, les « quatre vieilles
colonies » françaises d’outre-mer deviennent, sous son im-
pulsion, des départements français. Battu en Guyane aux
premières législatives de la IV
e
République, il est néanmoins
élu au Conseil de la République (Sénat) dont il sera le pré-
sident en mars 1947 et pendant toute la IV
e
République.
En 1958, Gaston Monnerville se montre plutôt favorable au
retour du général de Gaulle et à la nouvelle constitution. Il
devient le président du Sénat de la V
e
République, celui qui, en
cas d’empêchement du chef de l’État, assure l’intérim. Mais
en 1962, il s’oppose violemment à l'élection du chef de l’État
au suffrage universel. Il renonce à la présidence du Sénat en
septembre 1968 et siègera, de 1974 à 1983, au Conseil consti-
tutionnel avant de s’éteindre le 7 novembre 1991.
RdM
militante américaine des droits civiques Angela Davis. Étu-
diante en économie à l'université parisienne d'Assas avec
l'obtention d'une bourse, puis en sociologie et en ethnologie,
elle fréquente les librairies, dévorant quatre à cinq livres par
semaines.
De retour en Guyane en 1979, la jeune prof d'économie s'en-
gage dans la lutte indépendantiste, avant de fonder en 1993
avec son mari le mouvement Walwari et d’être élue députée
de Guyane en 1993. Désormais elle cherche sa place sur l'échi-
quier politique de la métropole entre radicaux et socialistes.
Mais sa constance, héritage de son brillant aîné Monnerville,
c’est dans une éloquence partout saluée qui n’hésite pas à
convoquer les poètes et dans son combat pour l’émancipation
qu’il faut la chercher. C’est en ce sens et avec sa verve qu’en
2001, elle fait adopter la loi qui institue comme crimes contre
l'humanité la traite négrière transatlantique et l'esclavage, dite
« loi Taubira ». Comme une revanche de la Guyane.
1...,11,12,13,14,15,16,17,18,19,20 22,23,24,25,26,27,28,29,30,31,...108
Powered by FlippingBook