RDM Magazine #6 - Rivages du Monde - page 29

27
mars–juin 2017
/
N°6
/
RDM Magazine
N
é au Brésil et installé à
Paris,VolmirCordeiros’est
d’abord formé au théâtre
ainsi qu’à la chorégraphie
au Centre national de danse contem-
poraine d’Angers, avant de devenir
interprète pour Cristina Moura, Lia
Rodrigues, Xavier Le Roy ou Emma-
nuelle Huynh. Le jeune chorégraphe a
su faire d’une silhouette aussi gracile
qu’étirée, atypique pour un danseur,
un atout pour traiter de l’étrangeté des
corps non normés. Son projet chorégra-
phique porte en effet sur les représenta-
tions scéniques des minorités et des in-
dividus déclassés, relégués aux marges
de la société. Sa trilogie,
Ciel
(2012),
Inês
(2014) et
Rue
(2015), le mettait ainsi en
scène en solo, incarnant tour à tour
les rôles de mendiant, de prostituée,
de paysan, de réfugié, de personnages
dévastés par la pauvreté ou la guerre.
Nourri des pensées du philosophe
italien Giorgio Agamben sur le « qui-
conque », en écho à l’impersonnel de-
leuzien, Volmir Cordeiro exploite le po-
tentiel critique de ces figures anonymes
qui clament leur besoin de s’exprimer et
d’être entendus.
Menant un travail de thèse à l’université
Paris 8 sur les figures de la marginalité
en danse, Volmir Cordeiro intègre à son
processus créatif sa réflexion poussée et
méticuleuse sur l’économie des repré-
sentations collectives. Cette manière
VOL MI R CORDE I RO,
danseur en marge
Inclassable sur la scène contemporaine, le jeune chorégraphe
VolmirCordeiro a fait desmarginaux, dominés et sous-estimés
les héros de ses pièces. Grâce à un travail d’interprète précis
et à son physique singulier, il donne corps à demultiples figures
de l’altérité, dont il nourrit l’imaginaire contemporain.
Par Florian Gaité
¬
de penser la chorégraphie comme une
écriture aussi formelle que concep-
tuelle trouve un écho particulier dans le
festival expérimental DañsFabrik, dans
le cadre duquel il présente sa nouvelle
pièce,
L’Œil, la bouche et le reste
en mars,
deux ans après sa collaboration avec
Marcela Santander Corvalán,
Époque
.
Cette dernière création déplace le
centre de gravité de ses recherches
de la question de la figuration des mar-
ginaux vers celle de la marginalisation
des données, sensibles et intellec-
tuelles. Si, dans les premières pièces,
Volmir Cordeiro donnait corps à des
individus méprisés,
L’Œil, la bouche et le
reste
lui permet d’évoquer ces résidus
inassimilés, rejetés par le corps comme
par l’esprit. Parce que le regard sélec-
L'Œil, la bouche et le reste
Vendredi 27 juin 2014 à 18h
à Combourg, Espace vert, rue
des champs - gratuit.
Samedi 28 juin 2014 à 21h,
SCREENWOOD
, programme
spécial nocturne, (Château
de La Ballue).
CULTURE
/
DANSE
© Fernanda Tafner
tionne la matière à analyser et à inter-
préter et que le système digestif trie les
données utiles, sinon nécessaires, à son
bon fonctionnement, Volmir Cordeiro
s’intéresse à la vie comme production
de restes inappropriables, de déchets
dévalués, sans droit, ni utilité : «
Je pour-
rais donc dire que la marginalité n'est plus
au centre mais désormais devant l'œil et la
bouche, prise à l'intérieur de ces deux or-
ganes-vecteurs de saisissement du monde,
qui savent autant l'assimiler que le séparer,
l'intégrer que l'évacuer, le conserver que le
détruire.
» Avec humour, poésie et in-
telligence, le chorégraphe conçoit ainsi
une danse borderline, pour les yeux, les
lèvres et le reste, comme pour jouir sans
entrave de son non-conformisme.
RdM
1...,19,20,21,22,23,24,25,26,27,28 30,31,32,33,34,35,36,37,38,39,...108
Powered by FlippingBook