RDM Magazine #6 - Rivages du Monde - page 33

31
mars–juin 2017
/
N°6
/
RDM Magazine
© Oezguer Albayrak / Digitalcollections
CULTURE
/
LIVRES
L I V RE S
Par Francine Thomas
¬
I I I .
La cause des femmes
La vie d’EuridiceGusmao
n’a rien à voir avec ce dont
elle a l’air. Si l’on s’attache à
la couverture ultra colorée
de l’ouvrage, au ton badin
de l’auteur et aux portraits
baroques qu’elle nous
dessine, on conclura – trop
rapidement – que l’héroïne,
une jeunemère de famille,
a tout pour être heureuse,
au cœur d’un exotique Rio
de Janeiro dans les années
1940. La jeune Euridice,
après une folle passion qui
dura troisminutes, épousa
un garçon falot qui deviendra
miraculeusement l’un des
dirigeants de la Banque du
Brésil, assurant à sa famille
une prospérité inespérée. Là
s’arrête le conte de fée.
Car Euridice a lemauvais
goût d’être intelligente,
qualité aussi incongrue
qu’inutile. Et elle caresse
la volonté de s’épanouir.
Diantre ! Pour quoi faire ? lui
rétorque le chef de famille.
L’iconoclaste épouse devient
d’abord une cuisinière
épatante puis une couturière
I .
Chef-d’œuvre incarné
La Mulâtresse solitude
est
double. Elle est à la fois
la figure historique de
la révolte des esclaves
antillais au XIX
e
siècle
et un chef-d’œuvre de la
littérature, traduit dans le
monde entier. Les éditions
Des femmes – Antoinette
Fouque ont eu l’excellente
idée de proposer la lecture
de ce texte subtil et
militant à la comédienne
Guila Clara Kessous.
C’est une belle expérience
d’abandon de s’en remettre
à son rythme doux et à
sa narration volontaire.
L’écoute attentive offre
surtout le sentiment que
l’héroïne a traversé les âges
et l’adversité pour venir
elle-même nous conter son
histoire.
La Mulâtresse solitude,
d’André Schwarz-Bart lue
par Guila Clara Kessous,
Des femmes, CD MP3
Texte intégral de 4h06, 22 €
I I .
L’ombre diaphane
des souvenirs
Ouvrir ce nouvel ouvrage
du jeune prodige des lettres
brésiliennes, Michel Laub,
c’est accepter de se lancer
dans l’assemblage d’un
puzzle. Comment vont
s’emboîter le souvenir du
suicide de Kurt Cobain,
l’ombre d’une petite amie
névrosée et le témoignage
plein de résilience
évangélique d’une rescapée
du génocide rwandais ? Les
courts chapitres finissent
par former une histoire
cohérente et poignante, celle
d’une jeunesse dans le Porto
Alegre du début des années
1990. Et surtout celle d’une
destinée qui ne tient peut-
être qu’à quelques paroles
de Nirvana griffonnées sur
un billet d’adieu.
La Pomme empoisonnée
,
de Michel Laub, Buchet
Chastel, 132 pages, 14 €
recherchée, une lectrice
avide, une étudiante curieuse
et enfin un écrivain dont
L’Histoire de l’invisibilité
restera
enfermée dans les tiroirs
de son bureau. Et pourtant,
avec son turban turquoise,
cette singulière héroïne a
peut-être rédigé un essai qui
aurait fait d’elle une Simone
de Beauvoir brésilienne,
tant ses frustrations sont
importantes. Et tant
gravite autour d’elle un
joli panel de femmes
subissant les violences
d’une société patriarcale
qui les condamne. Ainsi
donc nous croisons sa
sœur flouée par un jeune
homme de bonne famille
aussi malhonnête que bête.
Une prostituée renommée
contrainte d’expier ses
fautes dans la douleur d’un
cancer incurable. Ou une
bonne à tout faire dont
le dépucelage du garçon
de la famille semble faire
partie des attributions.
Cette fresque enlevée a
déjà valu à l’auteure un joli
bouche à oreilles dans de
nombreux pays d’Amérique
et d’Europe. Hollywood
prépare l’adaptation
cinématographique. Et
le lecteur, mi amusé, mi
consterné, se dit finalement
que l’on a tous en nous
quelque chose de cette
EuridiceGusmao.
Les Milles talents d’Euridice
Gusmao
, de Martha Batalha,
Denoël, 252 pages, 19,90 €
1...,23,24,25,26,27,28,29,30,31,32 34,35,36,37,38,39,40,41,42,43,...108
Powered by FlippingBook