RDM Magazine #6 - Rivages du Monde - page 72

RDM Magazine
/
N°6
/
mars–juin 2017
70
ÎLES DU SALUT
/
ESCALES
À quelques encablures de Kourou, les îles
du Salut s’étirent sur plusieurs hectares.
Considérées comme « le refuge duDiable »
par les Indiens, elles font aujourd’hui le
bonheur des touristes.
Par Sébastien Righi
¬
Î L E S DU
S A LU T :
paradis ou
enfer ?
© Adode Stock
L
archipel regroupe trois îles : l’île Royale, la
plus grande, l’île Saint-Joseph et la plus pe-
tite, inaccessible à cause des forts courants et de
la houle, qui a conservé son nom initial, l’île du
Diable. Alors îles du Salut ou îles du Diable ? Tout
commence par la tentative de colonisation de la
Guyane par les Français en 1763. Décimés, ils se
réfugient sur l’archipel qui fait face aux maré-
cages insalubres : ces îles seront celles du salut
pour les quelques survivants. Napoléon III y crée-
ra un siècle plus tard le premier camp du bagne
de Guyane où les conditions de détention sont
effrayantes : un dortoir regroupait une centaine
de condamnés, où chacun disposait de 50 cm de
large pour s'étendre sur un bat-flanc collectif ron-
gé par la vermine. Longtemps, la Guyane a tourné
le dos à cette partie de son histoire, mais la mise
en valeur du patrimoine historique fait son che-
min. Avec 56000 visiteurs, le bagne est de loin le
lieu le plus fréquenté de la région. Aujourd’hui,
l'île Royale possède un petit musée, les cellules
sont devenues auberge et l’archipel un des havres
les plus prisés des Guyanais : plages, eau claire,
piscines des forçats…
1...,62,63,64,65,66,67,68,69,70,71 73,74,75,76,77,78,79,80,81,82,...108
Powered by FlippingBook