RDM MAG#7 - page 22

22
RDM Magazine
/
N°7
/
octobre 2017–mars 2018
Par Florian Gaité
¬
EXPOSITIONS
/
CULTURE
L E FABUL EUX DES T IN
D’ IMMIGRÉS ROUMA INS
Tous deux fils d’émigrés roumains, arrivés en
Europe de l’Ouest durant leur enfance, Daniel
Spoerri et Marin Karmitz ont aussi en commun
d’avoir brillamment réussi leur carrière respective.
Le premier, digne héritier de Dada, assimilé au
Nouveau Réalisme, amarqué l’histoire de l’art du
siècle dernier par sa façon radicale d’intégrer l’ordi-
naire et le trivial à ses œuvres. La galerie Anne
Barrault rend hommage à ces sublimations de
déchets ou ces cristallisations de fin de repas sur
châssis qui ont inspiré des générations d’artistes
et redéfini les bornes de l’art. Le second, connu et
reconnu pour ses activités de réalisateur et produc-
teur de cinéma, a constitué au fil des années une
impressionnante collection de photographies,
tableaux, sculptures, dessins, vidéos et installations
des XX
e
et XXI
e
siècles. Réunissant des œuvres
d’AnnetteMessager, Christian Boltanski, Abbas
Kiarostami ou Chris Marker, elle est présentée
quasi intégralement pour la première fois
D
aniel
S
poerri
,
G
alerie
A
nne
B
arrault
(P
aris
)
D
u
03
septembre
au
28
octobre
2017
É
tranger
résident
. L
a
collection
M
arin
K
armitz
,
L
a
M
aison
rouge
(P
aris
)
– D
u
15
octobre
2017
au
21
janvier
2018
DU MONDE
AUX BALK ANS
Le haut-lieu de l’art brut parisien accueille
une exposition exceptionnelle réunissant
près d’une trentaine d’artistes bruts, naïfs
ou singuliers. Développée enmarge des
institutions, elles-mêmes en quête de
stabilité, cette scène alternative a su
opposer sa créativité spontanée aux
blessures de l’Histoire et en conjurer
les douleurs. Aujourd’hui reconnus et
organisés en réseau, ces artistes margi-
naux font de leurs troubles personnels
des occasions de turbulences collectives,
cherchant à déranger les visions consen-
suelles ou autorisées.
T
urbulences
dans
les
B
alkans
,
L
a
H
alle
S
aint
-P
ierre
(P
aris
)
D
u
07
septembre
2017
au
31
juillet
2018
MÉMOIRE T S IGANE
Née en Autriche en 1933, Ceija Stojka a survécu à trois
déportations que son œuvre, picturale et littéraire, tente
d’exorciser. Figure éminente de l’art rom, elle représente
l’horreur des camps de la mort mais aussi, en contre-
point, les paysages colorés de son enfance, parcourus
en roulotte. Après une rétrospective à la Friche Belle de
mai à Marseille, la Maison rouge consacre une exposition
d’importance à l’œuvre de cette autodidacte, rassem-
blant tableaux, dessins à l’encre et au fusain.
C
eija
S
tojka
,
une
artiste
rom
dans
le
siècle
,
L
a
M
aison
rouge
(P
aris
) – D
u
23
février
au
20
mai
2018
© JAKIC Vojislav - MNMA / Annette Messager, Adagp, 2017. Courtesy Marian Goodman Gallery /
Courtesy collection Antoine de Galbert, Paris
1...,12,13,14,15,16,17,18,19,20,21 23,24,25,26,27,28,29,30,31,32,...108
Powered by FlippingBook