RDM MAG#7 - page 53

octobre 2017–mars 2018
/
N°7
/
RDM Magazine
53
débit, la puissance, le changement. »
D’ailleurs pour Michel, il y
a plusieurs Danube.
LES TROIS DANUBE DE MICHEL
« Il y a d’abord “l’Allemand”, l’historique, jusqu’à Budapest, qui a
structuré notre civilisation. Celui qui a vu l’Europe se construire
le long de ses flancs, d’où l’on peut lire l’époque des évêchés, des
royaumes, voir se succéder les styles de bâtiments, et observer les
influences suivant les princes régnants. »
« Il y a aussi le “Danube vagabond”, truffé de ponts, un axe de vie
où l’on passe facilement d’une rive à une autre, changeant de pays
sans trop de difficulté. C’étaient ou ce sont des voies commerciales.
Quand il rentre dans la plaine hongroise, il s’étale, il est excessi-
vement large. On a l’impression d’être dans un bras de mer, avec
quelques goulots d’étranglement de temps à autre. »
« Et puis, il y a le “Danube frontière”. Après Belgrade, sur plus d’un
millier de kilomètres, il n’y a que trois ponts, ça s’en ressent. Les ca-
pitales ne sont plus sur le fleuve, Bucarest et Sofia, ne sont pas sur
le Danube. Historiquement, c’était une frontière qu’on défendait,
mais personne ne s’installait là. Les Romains d’un côté, les Barbares
de l’autre. En 1999, la première chose que les Américains ont faite,
c’est de démolir deux ponts, à Belgrade et Novi Sad, et la Serbie a été
coupée en deux, totalement immobilisée. Les Serbes s’en souviennent.
C’est la même histoire avec l’Ukraine, on peut passer la frontière par
la route mais pas par le fleuve, il n’y a pas de bac. Et puis, la frontière
est aussi dans la tête des gens. »
L A NONCHAL ANCE DES FLOTS
Que retiendra-t-il de ce voyage sur ces Danube ? Un moyen de
flotter, de ne plus être complètement terrien peut-être. Un mo-
ment d’érudition sûrement. Comme Claudio Magris et son
Danubio
, un récit où le fleuve n’est plus qu’excuse pour voguer de
Goethe à Cioran, le fil rouge de rencontres à fleur de l’eau. Beau-
coup de rires aussi, grâce à Jaïka,
« seul être vivant en permanence
sur
Le Brave
»
, tellement affable et compréhensive lors des « opé-
rations extraction » avec gilet de sauvetage pour qu’elle puisse
quandmême faire ses besoins quand
Le Brave
était échoué.
Qu’importe le rêve russe. Les autorités mettant des bâtons
dans les hélices du bateau, il a laissé tomber la Volga et vient
de repartir sur le Danube en sens inverse. Même chemin,
même plaisir, quelques retrouvailles. L’impression d’être à
la maison. Il ira peut-être à Saint-Pétersbourg en octobre, en
avion, fêter la révolution,
« boucler la boucle, comprendre l’origine
de la social-démocratie, la sécurité sociale, comprendre les intellec-
tuels français d’après-guerre qui étaient tous communistes »
. Vrai-
ment Michel ? Ce n’était donc pas juste une belle excuse pour
voguer ? Guettez bien, le long du fleuve, peut-être aurez-vous
la chance d’apercevoir la silhouette de Jaika et de la fameuse
Twingo sur le pont. Si vous les voyez et en avez la possibilité,
surtout partez à leur rencontre ! Michel a tendance à partager
son rêve et ses Danube avec ses enfants, ses petits-enfants
mais aussi toute une tribu d’adoption. Ne cesse d’évoluer
dans les eaux qu’il aborde, un véritable tourbillon de poètes.
Pêche miraculeuse garantie.
RdM
C AT I ,
L’AUBERGIST E
DU DELTA
A
ucune route ne mène chez Cati. Pour
atteindre son antre flottant, au cœur
du delta du Danube, il faut emprunter
un petit bateau qui file dans les bras du
fleuve, entre les grenouilles et les oi-
seaux et débarquer à Mila 23. Le village
de 80 âmes a vu naître cette cuisinière hors pair, patronne
d’une petite auberge. Cherchez du bleu, vous la trouverez.
DOSSIER
/
PORTRAITS AU FIL DU DANUBE
1...,43,44,45,46,47,48,49,50,51,52 54,55,56,57,58,59,60,61,62,63,...108
Powered by FlippingBook