Background Image
Table of Contents Table of Contents
Previous Page  15 / 108 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 15 / 108 Next Page
Page Background

DANS LA VAGUE

Des élections générales, souhaitées libres et transparentes, auront

lieu en novembre 2015 en Birmanie pour la première fois depuis vingt-

cinq ans. Elles feront suite aux élections partielles de 2011, qui avaient

enregistré un véritable raz-de-marée électoral pour la National League

for Democracy, le parti d’Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix en 1991.

Cette dernière, icône bien connue des médias en Europe, mais aussi

grâce au film

The Lady

de Luc Besson (2011), ne pourra toutefois pas être

candidate, toujours empêchée dans cette démarche par la Constitution

birmane qui interdit à un Birman de se présenter s’il est ou a été marié

à un étranger. Or l’époux d’Aung San Suu Kyi, Michael Aris, décédé en

1999, était de nationalité britannique.

Après quatre ans d’une transition multiforme et très complexe, sans

précédent et sans égal dans le monde, l’évènement, dont la préparation

est d’ores et déjà suivie de près par de nombreuses capitales, sera

historique en raison même de sa

symbolique, au-delà finalement

du résultat du scrutin.

À la veille de cette échéance

capitale, les évolutions suivies et

les réformes, tant démocratiques

qu’économiques, engagées par

ce pays de 51 millions d’habitants

sont-elles suffisantes ? Située

à

la

rencontre

stratégique

de l’Inde et de la Chine, et

plus vaste que la France, la

Birmanie doit encore relever de

nombreux défis. Alors que les

tensions intercommunautaires

secouent notamment le pays en

Arakan et dans l'État Shan à la

frontière chinoise, l’annonce,

fin mars 2015, d’un projet

d’accord de paix historique

entre le Gouvernement et seize

groupes armés représentant des

minorités ethniques, en conflit

depuis des décennies, ouvre la

porte à un dialogue politique de

bon augure. Toutes les tentatives

précédentes de cessez-le-feu à

l’échelle nationale avaient en

effet échoué.

Interviewée le 10 avril dernier,

Aung San Suu Kyi a déclaré que

son parti était prêt à gouverner,

tout en menaçant de boycotter

les élections –

« une option

ouverte »

, selon ses propres termes

– si la Constitution n’était pas modifiée à temps. Avant d’ajouter :

« Ces

élections seront un vrai test pour savoir si la Birmanie est réellement engagée

sur la voie de la démocratie ou non. »

L’enjeu des élections de 2015 dépasse

largement le seul cadre birman : il est, en effet, d’importance pour la

stabilité de toute l’ASEAN, un marché de 650 millions de personnes

parmi les plus prometteurs de la planète.

RdM

POLITIQUE

L’ élection présidentielle

en Argentine aura lieu

en octobre prochain.

La présidente actuelle

ne peut se représenter

pour un troisième mandat.

La succession est ouverte.

L’Argentine, qui fêtera le bicentenaire

de son indépendance le 9 juillet 2016,

reste aujourd’hui encore en quête

d’une stabilité politique après des dé-

cennies de guerres civiles et cinq coups

d’État militaires entre 1930 et mars

1976. Le retour à la démocratie en 1983,

avec l’élection du radical Raul Alfonsin,

semblait bien fragile. Et pourtant…

Pour la première fois de son histoire,

l’Argentine connaît plus de 30 ans de

démocratie ininterrompue malgré

quelques soubresauts – le plus critique

étant la grande crise de la fin 2001, qui

a vu défiler cinq présidents en une se-

maine et qui s’est soldée par 39 morts

lors de la répression des révoltes popu-

laires. Le redressement qui s’ensuivit a

été difficile.

Bienquemalmené par des accrochages

avec le monde de la finance, l’apaise-

ment retrouvé est évident. Depuis 2003,

ce sont les péronistes Nestor Kirchner

(décédé en 2010) et son épouseCristina

Fernandez, actuelle présidente, qui

gouvernent un pays polarisé à la veille

de la présidentielle qui se tiendra en oc-

tobre prochain. Après huit ans de ges-

tion, madame Fernandez reste tout de

même la personnalité politique la plus

populaire mais elle ne peut briguer un

nouveau mandat. Qui sera capable de

lui succéder, dans un contexte où l’op-

position de centre droit, l’unique force

enmesure de lui disputer le pouvoir, se

présente divisée ? Le deuxième cente-

naire de la République argentine

connaîtra un nouveau président… dif-

ficile aujourd'hui de savoir lequel.

RdM

© 1000Words / Shutterstock.com

INCERTITUDES

ARGENTINES

Par Éric Domergue ¬

BIRMANIE:

L’ÉLECTION

TEST

Depuis 2011 la junte

au pouvoir en Birmanie

revendique une volonté

de démocratisation.

Les prochaines élections

confirmeront ou non

ces louables intentions.

Par Amaury Lorin ¬

015

N° 1 / 2015