Background Image
Table of Contents Table of Contents
Previous Page  21 / 108 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 21 / 108 Next Page
Page Background

DANS LA VAGUE

021

N° 1 / 2015

LA CHRONIQUE THÉÂTRE

Par Charlotte Lipinska ¬

Chaque année au mois de juillet, Avignon palpite et bouillonne.

Des affiches colorées squattent chaque cm

2

, la foule sourit devant

les parades (plus oumoins élégantes, avouons-le…), les restaurants

doublent leurs prix (c’est de bonne guerre) et la Cour d’honneur

du Palais des papes entend les trompettes deMaurice Jarre chaque

soir à 22 heures pétantes. Oui, Avignon est l’un des plus grands fes-

tivals de théâtre du monde, et il compte bien le rester.

Pour cela, deux programmes cohabitent. D’un côté, le « off », soit

plus de 1000 spectacles, tous genres confondus. Hormis pour

quelques salles, il n’y a pas de « programmation » proprement dite.

Qui veut, vient, pour le meilleur comme le pire. De l’autre : le « in »,

soit une quarantaine de créations venues du monde entier et co-

produites par le festival que dirige Olivier Py.

Mais quelle est donc la recette pour qu’un tel évènement perdure

depuis 69 ans ? Citons pêle-mêle quelques ingrédients qui ont fait

leurs preuves : des metteurs en scène de renom, des acteurs inves-

tis, des lieux majestueux, des spectateurs à l’appétit insatiable et à

la curiosité aiguisée. Le tout sous un soleil de plomb.

Avignon, c’est un bouche à oreille toute ouïe, c’est la pensée qui

circule, c’est une ferveur qu’on partage. Pour rester à la proue de la

création mondiale, outre la présence de metteurs en scène confir-

més, il ne faut pas oublier une chose : la jeune pousse d’aujourd’hui

sera la fine fleur de demain. Ce que le festival a parfaitement com-

pris et honore plus que jamais. Ainsi, aux côtés des jeunes talents

repérés dans l’Hexagone, on trouve quelques pépites glanées aux

quatre coins du globe. Et s’il ne fallait cette année retenir qu’une

destination pour ce grand voyage : cap sur l’Argentine !

Avec pas moins de trois spectacles programmés dans le « in »

cette année, le festival met en lumière l’incroyable effervescence

de la scène indépendante de Buenos Aires. Depuis quelques an-

nées, faute de véritable politique culturelle, des dizaines de petites

salles de spectacles ont fleuri un peu partout. Les hangars, les ga-

rages, tout se transforme sous l’impulsion de jeunes artistes qui

LE THÉÂTRE ARGENTIN

À L’HONNEUR

Si Copi fut longtemps considéré comme l’auteur argentin le plus corrosif et farfelu, il est

aujourd’hui une génération d’artistes qui a fait de la scène indépendante de Buenos Aires

l’une des plus bouillonnantes qui soit. Le festival d’Avignon leur ouvre les bras avec pas

moins de trois spectacles programmés cet été. Un élan qui se poursuivra sur les scènes

parisiennes dès la rentrée.

1

Dynamo de Claudio Tolcachir © DR

2

© Bea Borgers